sur les traces du pandou

Bienvenue sur mon blog

Coups de coeur au Festival du Livre de Nice

Classé dans : Littérature — 22 juin, 2011 @ 20:59

Au delà des célébrités, au gré du festival du livre, il est pour moi essentiel de découvrir des auteurs qui savent nous faire partager leurs émotions, nous raconter en toute simplicité les messages qu’ils ont voulu faire passer à travers leur lignes, patchworks de sensibilités et de sentiments racontés l’espace d’un instant, qui donnent au lecteur la sensation d’aborder différemment le livre en le vivant vraiment.

Pierre Brocchi dans « La Nuit de l’Alcyon », nous invitait l’an dernier à coups de palmes à une plongée intime sous le regard récurrent de la petite castagnolle observatrice omniprésente. Il nous offre cette année « Chien muet » où les diables d’un tableau de Bréa « La danse macabre », dès le premier chapitre, nous disent « prends garde au chien muet et à l’homme qui se tait ».

Marie-Hélène Carbonel, dans « Fronts de Mer », « petites histoires de contretemps et malentendus », nous entraîne dans l’univers de ses nouvelles. En quelques minutes je lui ai parlé de non-dits… et c’est en partie le titre de son prochain livre, nous avons tissé là en quelques minutes un lien de pensée très fort, elle qui dit ne pas croire au hasard et parfois se faire peur en écrivant.

René Frégni pour sa gentillesse et « la Fiancée des Corbeaux », nous livre un roman intimiste, nous parle de Lili avec tendresse, et nous écrit en préambule que « le silence encore chaud des pinèdes est entré dans cette ville d’ombre et s’est assis sur les bancs de pierre derrière les églises ».

Pascal Marmet réédite une nouvelle de 2001 « Le prince de Paris », voyage de France en Belgique clôturé par quelques poèmes qu’il considère comme un exercice difficile, mais empreints d’une grande sensibilité, qu’il sait faire partager sur son stand.

Carine Marret pour son premier polar « Morte-saison sur la Jetée-Promenade », quitte l’espace d’un instant Romain Gary et ses Promenades Littéraires sur la Côte d’Azur pour un autre style avec une sympathie sans cesse renouvelée pour ses lecteurs.

Je ne connaissais pas Claude Rizzo qui, dans « le Sentier des Aubépines » développe le thème des secrets de famille souvent si douloureux, et le fait partager avec beaucoup d’enthousiasme et de sincérité.

Le temps de lire tous ces livres… et déjà Mouans Sartoux nous accueillera pour de nouvelles aventures littéraires.

Un commentaire »

  1. Antoine dit :

    Chère Zabou, je vois que t’as visite au salon a été riche en rencontres ! Tu nous raconteras toutes tes lectures au cours de l’été.
    Je suis ravi que tu écrives à nouveau sur ton blog.
    A très bientôt.
    Bises

    Antoine

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Audrey NEW |
Expression Libre |
De tout et De rien |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ressources Humaines Mechoua...
| benjaminblog
| delunepierre